Epidemiological, ecological and molecular study of the monkeypox virus in Côte d'Ivoire - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2018

Epidemiological, ecological and molecular study of the monkeypox virus in Côte d'Ivoire

Étude épidémiologique, écologique et moléculaire du monkeypoxvirus en Côte d’Ivoire

(1)
1

Abstract

BACKGROUND: Monkeypoxvirus is an Orthopoxvirus of the family Poxvirus which is responsible for febrile eruption identical to that of smallpox at a less severe degree. Its potential reservoir should be Funisciurus anerythrus and transmission to humans is usually occur by contact with the reservoir. It is a zoonosis that has emerged in humans since the cessation of vaccination against smallpox. Its epidemiological and clinical evolution in recent years make it a worldwide concern. METHODOLOGY: This study was conducted between 2013 and 2017 with two components. An animal component , micromammal captures were carried out at 9 sites in three zones, including the peri-urban zone, the peri-rural zone and the protected areas zone. The liver, lung and kidney tissues of captured micromammals were collected and analyzed by standard PCR and real-time PCR to search for the virus. A human component dealt with biocollections of sera and oral fluids collected during the national surveillance of yellow fever and measles between 2013 and 2017 and cutaneous samples of suspicious lesions of Molluscum contagiosum in the Dermatology departments of Yopougon and Treichville University Hospitals. Serologic testing involved subjects under 30 in order to eliminate any immunization by vaccination against smallpox. Anti-Orthopoxvirus IgG antibodies were investigated by the ELISA method and Poxviruses including Monkeypoxvirus were searched by classical PCR and real-time PCR. RESULTS: Regarding the animal component, for 4930 night-traps, 256 micromammals were caught, ie a yield of 5.19%. Crocidura, Rattus, Lophuromys, Praomys, Mus and Mastomys were the most captured. 0.19% positive samples for Orthopoxvirus, no Monkeypoxvirrus was found. In humans, out of a total of 255 in subjects less than 30 years old, the prevalence for anti-Orthopoxvirus IgG antibodies was 4.93% with IgG levels ranging from 100 to 800. In the southern part of Côte d'Ivoire were 80% positives. In patients suspected of measles with measles and rubella virus negative and patients suspected of Molluscum contagiosum virus infection, the search for Orthopoxvirus was negative. The search for Molluscum contagiosum virus has been confirmed among 100% of patients suspected of being infected with Molluscum contagiosum. CONCLUSION: The circulation of Orthopoxviruses remains very weak in Ivory Coast without the confimation of the presence of Monkeypoxvirus through our study. However, the presence of Orthopoxvirus in Crocidura, a micromammal living in the immediate environment of humans requires the establishment of surveillance measures of this group of viruses.
JUSTIFICATION : Monkeypoxvirus ou virus de la variole du singe est un Orthopoxvirus de la famille des Poxvirus, responsable d’éruption fébrile identique à celle de la variole à un degré moins sevère . Son réservoir potentiel serait Funisciurus anerythrus et la transmission à l’homme se fait généralement par contact avec le réservoir . Il s’agit d’une zoonose qui émerge chez l’homme depuis l’arrêt de la vaccination contre la variole . Son évolution épidémiologique et clinique de ces dernières années en font une préoccupation mondiale. OBJECTIF : La présente étude avait pour but de confirmer la circulation des Orthopoxvirus en particulier le Monkeypoxvirus en Côte d’Ivoire . Il s’agissait spécifiquement d’identifier le virus à travers ses reservoirs potentiels, de déterminer la seroprévalence de l’infection à Orthopoxvirus afin d’avoir une idée de l’exposition de la population au virus et détermier sa place dans les lésions cutanées fébriles en Côte d’Ivoire . METHODOLOGIE : Cette étude a été réalisée entre 2013 et 2017 avec deux volets . Un volet animal où des captures de micromammifères ont été réalisées sur 9 sites répartis en trois zones dont la zone périurbaine, la zone périrurale et la zone des aires protégées. Les tissus de foie, de poumon et de rein des micromammifères capturés ont été prélevés et analysés par PCR classique et PCR en temps réel pour rechercher le virus . Un volet humain portant sur des biocollections de sérums et de flux oraux collectées lors de la surveillance nationale de fièvre jaune et de rougeole entre 2013 et 2017 et des prélèvements cutanées de lésions suspectes de Molluscum contagioum dans les services de Dermatologie du CHU de Yopougon et de Treichville. Les tests sérologiques ont concerné les sujets de moins de 30 ans afin d’éliminer toute immunisation par la vaccination contre la variole. Des anticorps IgG anti-Orthopoxvirus ont été recherchés par la méthode ELISA et les Poxvirus dont le Monkeypoxvirus ont été recherchés par PCR classique et PCR en temps réel. RESULTATS : Concernant le volet animal, pour 4930 nuit-piege, 256 micromammifères ont été capturés soit un rendement de 5,19% . Crocidura, de Rattus, de Lophuromys, de Praomys, de Mus et de Mastomys ont été les plus capturés. 0,19% d’échantillons étaient positifs pour la recherche d’Orthopoxvirus, aucun Monkeypoxvirrus n’a été retrouvé. Chez l’homme, sur un effectif de 255 chez des sujets de moins de 30 ans, la prévalence pour la recherche des anticorps IgG anti-Orthopoxvirus était de 4,93% avec des taux d’IgG variant entre 100 et 800. Dans la moitié sud de la Côte d’Ivoire se trouvaient 80% des sujets positifs. Chez les patients suspects de rougeole dont la recherche du virus de la rougeole et de la rubéole était négative et les patients suspects d’infection à Molluscum contagiosum virus, la recherche des Orthopoxvirus a été négative. La recherche de Molluscum contagiosum virus a été confirmée chez 100% des patients suspects de l’infection à Molluscum contagiosum. CONCLUSION : La circulation des Orthopoxvirus reste très faible en Côte d’Ivoire sans la confirmation de la présence de Monkeypoxvirus à travers notre étude. Cependant la présence d’Orthopoxvirus chez Crocidura, un micromammifère de l’environnement immédiat de l’homme nécessite la mise en place de mesures de surveillance de ce groupe de virus.
Fichier principal
Vignette du fichier
Thèse M. MEITE Syndou.pdf (14.26 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

tel-02884075 , version 1 (29-06-2020)

Identifiers

  • HAL Id : tel-02884075 , version 1

Cite

Syndou Meité. Étude épidémiologique, écologique et moléculaire du monkeypoxvirus en Côte d’Ivoire. Virologie. Université Félix Houphouêt-Boigny (Abidjan,Côte d'Ivoire); N° ORDRE 47, 2018. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-02884075⟩
59 View
211 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More